vendredi 3 mars 2017

Fixer le prix de vente

Oui, je sais, je commence avec du "lourd" mais c'est un sujet central pour un créateur, car c'est la clé de la réussite d'une activité créative.

Il y a la théorie, les autres et ... la réalité.

La théorie est simple, vous comptez vos frais et vous rajoutez votre temps de travail et vous obtenez...le prix de vente.
Cette équation semble une évidence, mais encore faut-il penser à compter tous les frais.
En effet, si certains frais sont assez évidents (matières premières, frais de mise en vente, commissions du site qui vous héberge ou commissions sur les paiements, impôts), d'autres sont plus difficiles à lister (certaines taxes par exemple, comme certains auto-entrepreneurs qui ont découvert la CFE à la fin de leur 2eme année d'exercice sans savoir d'où elle venait !!!).
La rémunération de votre travail est encore plus compliquée à chiffrer.
En effet, le temps passé sur une création peut être important, il est difficile de reporter la valeur réelle sur le prix de vente. Et à combien valoriser votre heure de travail ? le SMIC ? plus ? moins ? votre créativité vaut combien ?
Je reviendrais dans un prochain article sur les principes de fixation du prix de vente.

Laissons de coté la théorie, et commençons par la confronter aux autres.
Qui sont ils ?
Il y a d'abord vos clients (anciens, nouveaux ou potentiels), ils sont de plus en plus habitués à comparer les créations, ils comparent les créateurs entre eux, et souvent ce qui fait la différence, c'est le prix... comme pour un bidon de lessive ou un yaourt... souvent il ignore tout de votre mode de fabrication, du temps passé, la seule chose qu'il voit c'est qu'il peut avoir une tenue de poupée à 5 euros dans une boutique et que dans une autre la tenue pour une poupée de même taille est de 10 euros (toute ressemblance avec ma boutique n'est pas fortuite !!!)
Le prix est donc très important.
Poursuivons avec vos concurrents (sur le même secteur que vous ou sur des secteurs voisins). Et là, il y a de la concurrence pas très loyale, des prix cassés et le grand n'importe quoi aussi... En effet, tout le monde n'a pas les mêmes charges (si vous êtes pro vous avez des impôts et taxes que les particuliers n'ont pas), mais cela fait partie du "jeu", si vous avez choisi d'être pro, vous assumez. 
Par contre ce qui est totalement incompréhensible c'est le fait que certains créateurs affichent des prix tellement bas, que la valeur de la création n'a plus de sens, et que la rémunération du créateur est encore plus faible que celle d'un "ouvrier chinois"... (cf plus haut l'exemple de la robe de poupée à 5 euros !!!)
  
Bon, et alors maintenant, on fait quoi ? on abandonne la création ?
La réponse est NON, bien sûr, mais il faut être réaliste.
D'abord on arrête de rêver, quand on est créateur, on ne gagne pas des fortunes, mais arriver à générer un revenu complémentaire ou un revenu principal correct, c'est possible...
Ensuite on arrête de croire que les experts du marketing qui fleurissent sur le net peuvent vous aider, la seule personne qu'ils aident, c'est eux, en vous vendant des e-books, des séances de coatching ou autres produits qui sont au mieux une accumulation de banalités et au pire des conseils sans intérêts ou même mauvais car non adapté à une activité de création...

Et puis, on réfléchit à la composition du fameux prix de vente.      
Il faut bien sûr minimiser les frais (pensez à consulter ma page Bons Plans Fournitures) en essayant à chaque fois de penser au coût final, voici quelques exemples :
- on ne rajoute pas plus de X éléments de déco à chaque création (à définir en fonction de votre produit), 
- si on mets un composant avec un coût élevé, on compense en utilisant d'autres éléments moins chers,
- on fait plusieurs créations sur la même base (ce qui permet de minimiser le temps consacré à la réalisation, on va plus vite car on connait son modèle et puis on gagne du temps dans la recherche d'idées)
Enfin, parce qu'il faut bien être cohérent par rapport au marché, il faut peut être envisager d'ajuster le prix de vente à celui de la concurrence (pas à ceux qui sont manifestement trop bas, on n'est pas maso !), mais il faut réfléchir au fait que baisser un peu sa rémunération permet peut être de vendre (il vaut peut être mieux baisser un peu son prix et vendre plutôt que d'avoir des stocks de produits qui ne se vendent pas...).

N'hésitez pas à poster des commentaires car vous n'êtes pas obligés de partager ma vision, et on peut en discuter. De plus, vous avez peut être aussi des questions ou des demandes pour que je traite certains sujets.